Céline Minard dégaine

Le western Sac Celine a beau être un territoire arpenté en tous sens depuis un siècle et demi, avoir ses figures imposées et ses personnages incontournables, son objet reste de raconter la naissance d’un monde. Tout y est donc possible. Tout peut s’y réinventer, s’y rejouer à chaque fois, sans qu’il soit besoin d’avoir recours à la parodie. Les deux éperons solidement plantés dans le genre, Céline Minard s’en donne à coeur joie. Dans la première partie, qui suit le convoyage des protagonistes à travers les étendues immenses, c’est Celine Luggage le rapport de ses personnages à la nature sauvage qu’elle explore. Elle écrit comme ils avancent, tous sens en éveil, à l’affût des bruits, des odeurs, des changements dans le ciel. Elle progresse à leur rythme, tantôt avec la lenteur d’une carriole cahotante, tantôt au galop – parfois en s’autorisant un détour à pied.

 

On comprend dans la deuxième partie que ce qui l’intéresse d’abord, peut-être, dans le western, est le jeu qu’il autorise avec les identités des personnages. On pourrait les supposer figées par les stéréotypes (pionnier, héros solitaire, femme fatale, etc.), mais elles sont aussi mouvantes que les frontières de l’Ouest, toujours repoussées. Une fois installés en ville, Celine Phantom les aventuriers des premières pages se muent en petits commerçants, à mesure qu’ils se sédentarisent et fondent leur civilisation ; on les voit également échapper aux archétypes avec la même habileté qu’ils montrent à tromper la mort. Dès leur arrivée, quand ils se retrouvent face à face au saloon, Bird et Elie déjouent toutes les attentes puisqu’ils ne s’entre-tuent pas pour le cheval que l’un a volé à l’autre, et inventent un sage moyen de régler leur Celine Trapeze différend autour d’une paire de bottes. Surtout, tandis que les objets circulent et s’échangent, les identités se métissent et s’enrichissent. Sally fume un calumet d’Indien ; Zebulon se déguise en femme pour lui faire la cour. Dans l’établissement de bain “Au luxe rudimentaire”, qu’il a fondé, de rudes cow-boys rejouent dans leurs baignoires les discussions du Banquet de Sac celine 2014 Platon sur l’amour…

VN:F [1.9.15_1155]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.15_1155]
Rating: 0 (from 0 votes)

Leave a Reply

Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes